Proust

29 avril 2011 § Poster un commentaire

J’embrasse les voyages, les gares, les aires

J’enfile les lampions asiatiques, les djelabas du Caire

je ne connais rien aux trottoirs de chine, ni de Constantine

courrais-je un grand risque à m’attaquer à la cathédrale Proust?

Filant le wagon transsibérien à travers

Bretagne

J’instaure ses recoins dans une pause ou une embardée

Chaque tome de la Recherche emporte

Le roc, les vitres du café

Au large ! mes amours si faibles et si passagères

Je m’endors, je revâsse, me prélasse sans fin

Enivré dans la phrase ivre, dans le chapiteaux démontés

J’ai vécu le Printemps arabe dans la langue de Marcel

Chauffe Albertine!

L’accordéon des amours entonne désormais avec clarté un refrain oublié et pourtant si mien

Que mon coeur ne vibre que de sentir logos et pathos s’adosser

En allemand peut-être

Maintenant place à Zola!

Ce serait dit sur le ton d’une déclamation de rappeur fatigué d’être enragé. L’heure est aux vicissitudes morales pesantes: doit-on attaquer la Lybie de Khadafi avec des bombes téléguidés ou bien avec des missiles à tête chercheuse? Vaut-il mieux couper les voix de communication des migrants, construire un mur contre migrants ou faire des camps de rétention de migrants? Les voies du Progrès semblent de plus en plus impénétrables à nos contemporains et nous voulons bien courir le risque du refuge en écriture.

Le théâtre comme seule échappatoire contre l’exhortation. Une pièce, des voix, des chemins et des murs, une profonde mélancolie mâtinée de tendresse, c’est le tour qu’il nous reste. Ecoutons  » invisible « .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Proust à Mexico mon coco.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :