Fin

22 février 2010 § Poster un commentaire

Trois lettres qui éclairent un fond d’écran noir, qui ouvrent la salle à la lumière, qui nous saisissent encore dans l’effroi, le rire ou le drame. Trois lettres qui ont rythmé mes amours de cinéma, et mes amours tout court.

Ce soir encore. Le couteau tombé dans l’eau a traversé la toile, a fait tanguer ma vieille barque. Je découvre sur le tard les premiers pas sur l’eau d’un réalisateur prodige, qui ne mérite d’autres sanctions que l’onction des lacs de Pologne. Je redécouvre les rives des amours manquées. « M’en veut pas, Roman, de chavirer. Je suis encore un peu refroidi par ma récente baignade. J’aurais aimé te parler d’elle. Un jour peut-être. C’est qu’elle a pris un nouveau cap, ma vieille compagne ».

Adieu ma jolie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Fin à Mexico mon coco.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :